Mon bilan de mère au foyer : ais-je frôlé le burn-out ?! la reprise après 1 an et demi, le blog …

Hello les mums

J’ai été très silencieuse je vous l’accorde ces derniers temps et même pendant ma pause parentale. Je ne vous ai partagé que des articles bon plans, concours et actualités ! Mais plus tellement de billets personnels.

La raison ?

J’ai eu milles doutes … j’arrête, je ferme le blog … je n’ai plus envie d’écrire, de partager ! Les multiples sollicitations de marques peuvent parfois devenir oppressantes dans la mesure où on a l’impression de devenir une vitrine publicitaire. Même si je suis heureuse car j’ai toujours pu créer de jolis partenariats avec des marques ou créateurs que j’adore. Bref un blog c’est beaucoup de temps en rédaction, mise en page, gestion des réseaux sociaux, réponses aux commentaires …

Mais aussi car je n’avais plus beaucoup de temps et d’énergie …

Cette année et demi à me consacrer à mes 2 bouts de choux furent un moment extraordinaire. Voir ses enfants grandir au quotidien, être présente à chaque instant de leur vie dans les joies et les colères. Découvrir l’interaction de cette fraternité naissante fut tout aussi émouvant que « sport ».

21 mois d’écart !!! Pour Édouard ce fut une explosion de sentiments : le coté protecteur, joueur puis la jalousie voir l’agressivité envers elle et moi-même. Je lui avait donné une petite soeur qu’il considérait comme une « rivale » à l’amour de ses parents. Il a fallu être patients et lui expliquer qu’il avait tout notre amour même si nous avions agrandi la famille. De nature enjoué, jovial et dégourdi il marche à 100 à l’heure. Il lui a fallu du temps pour laisser de la place à sa petite soeur mais vint l’admiration, la complicité, les jeux, les mimiques …

Et aujourd’hui je suis fière de ce lien qui les unit même si je passe beaucoup de temps à faire la police entre les 2. Quand à Garance elle a su s’imposer face au caractère dominant de son frère. Elle est déterminée, rieuse, joueuse et veut tout faire comme son grand frère. Elle s’affirme de jour en jour : très coquette et féminine elle a cependant un caractère bien trempé.

Ces 2 là nous comblent de bonheur mais comme dit le proverbe « les chiens ne font pas des chats » !! Ils ont des caractères de feux comme leurs parents !!!

1 an et demi c’ est passé tellement vite. J’ai voulu à travers cette année les éveiller à la nature, au monde extérieur. On a fait beaucoup de balades, parcs animaliers, vélo, fermes pédagogique, activités extérieures  … Ils ont vu pleins d’ami(e)s pendant nos journées little day avec mes copines mère au foyer (spéciale dédicace à Albane, Maylis et Solange). Il y a eu mon moment salvateur du mercredi free kids, les enfants à la crèche pendant que maman se repose un peu, fait du shopping, déjeune avec ses amies ou s’évade dans le beaujolais pour marcher et s’aérer avec sa cops Solange.

Une année riche en émotions mais aussi très épuisante. Bravo aux nounous !  Je leur voue toute mon admiration !! S’occuper toute une journée d’enfants en bas âge c’est comme un marathon. Tout est rythmé mais imprévisible, tu cours tu cours, tu cours.

Et non madame n’est pas affalée sur le canapé avec les 2 enfants jouant sur le tapis comme dans la pub ikéa !! Non ! Madame répond aux besoins primaires de ses enfants certes mais doit être aussi une psy, une fine négociatrice, un juge de paix, un conciliateur, un clown, une danseuse, une chanteuse, une footballeuse, une dessinatrice, une repasseuse, une cuisinière, un pressing, une technicienne d’étendage, un docteur, une reine de l’organisation, une « rangeuse » de jouets, une calineuse, une protectrice, une conteuse d’histoire …. bref une mère !! Et en plus madame doit aussi être une épouse attentive ! 

Alors oui je le referai à 100 % mais je vous l’avoue : toutes ses facettes qui ont fait la richesse de notre trio toutes nos journées elles m’ont comblé de joie mais m’ont aussi  lessivé, vidé, exténué !!

Je me suis parfois oublié …. La fatigue a pris le dessus. L’irritabilité aussi par manque de sommeil. La femme si féminine que j’étais à délaissé ses talons, parfois son maquillage, ses boucles d’oreilles. Les kilos pris pendant la grossesse n’ont jamais été perdus.

Je suis devenu parfois un robot tout speed guidé par son cerveau : Vic prend rdv chez le pédiatre, il manque des couches pour Garance, si on part maintenant faire les courses, aurais-je le temps de faire le repas ? Il y en a de partout faut que je range. Mince je n’ai plus de lait il faut repartir faire des courses mais avec les 2 compliqué : poussettes, siège auto et Édouard qui court dans touts les sens et je dois lui courir après !!!

J’ai puisé toutes mes forces… Vouloir tout bien faire et tout contrôler. Vouloir être une mère parfaite. Vouloir tout gérer. Vouloir être toujours souriante et attentive pour eux. Vouloir sa maison rangée et toujours propre. Vouloir que chacun ne se sente pas délaissé. Vouloir être une psy car c’était terrible de voir mon fils jaloux et malheureux depuis la venue de ma fille. Vouloir gérer les crises quotidiennes d’enfants en bas âge en étant la plus patiente possible tout en étant ferme. Vouloir coocoonné son mari avec de bons petits plats car on ne bosse pas et qu’on est censé faire que ça non ?!

Submergée par la fatigue physique et psychique, je suis devenu angoissé et éteinte.  J’intériorisais ! L’énergie qu’ils me demandaient au quotidien, leur confrontation régulière, faire face à la crise du terrible two (voir mon article à ce sujet ici), le rangement, la réparation de leurs bêtises, la gestion de la maison, des courses, leurs réveils nocturnes,  …. on fini par avoir eu raison de moi.

Je m’interdisais de craquer alors mon corps m’a parfois lâché ! Merci à ma super copine Maylis thérapeute osthéo qui m’a souvent remise sur pied !!!

Pris dans ce tourbillon de la vie familiale si formidable mais qui est parfois energivore. Pourquoi devrais-je déprimer alors que j’ai mes 2 enfants avec moi ! Je ne suis pas de nature dépressive bien au contraire !! Toujours enjouée et souriante je ne suis pas du genre à montrer mes peines. Mais avec du recul aurais-je frôlé le burnout maternel ?!

Être à la maison c’est aussi focaliser sur des détails qu’on ignore quand on travaille (oh quelle horreur ma tringle à rideau n’est pas droite), réouvrir des blessures passées car on a que ça a penser !!! Et se plaindre à son mari car les enfants ont été durs, qu’on à l’impression d’avoir tout fait et qu’on a juste envie c’est de lui refiler pour avoir un moment tranquille. Mais lui il est naze aussi de sa journée. Alors on s’engeule ! Vous avez connu ça n’est ce pas ? !

Le congé parental fut bénéfique pour moi mais j’avoue que gérer 2 enfants avec si peu d’écart et non scolarisés c’est assez hard ! 

Édouard est désormais à l’école, Garance à la crèche et j’ai démarré une nouvelle vie professionnelle depuis novembre. Les débuts furent hard avec 2 enfants sans arrêt malades alors que j’étais en intégration !!  Il a fallu s’habituer au nouveau rythme et surtout les habituer à ne plus avoir leur maman 100 % dispo. (et là vive la culpabilité).

On en bave avec mon mari entre les réveils nocturnes des 2 et les caprices de chacun !  J’ai toujours cette boule d’angoisse de vouloir toujours être à la hauteur sur tous les tableaux ! Dur dur de tout concilier et répondre à toutes les exigences aussi bien perso que pro !  Mais je retrouve un certain équilibre car je suis plus occupé intellectuellement, je me suis donné un nouveau challenge (et au passage je peux réorganiser mes dej avec mes copines) !  Et j’ai surtout envie de me délester enfin de ces kilos de grossesse. Alors vive le régime !!

Conclusion ce fut hard cette année mais tellement enrichissant. On a crée des souvenirs merveilleux, des moments de partages innoubliables ! Quoi qu’il arrive gérer des enfants de moins de 3 ans c’est épuisant mais ce choix de vie de les avoir si rapprochés nous ne le regretterons jamais. Car quand je vois mes 2 enfants ce we se câliner et se dire je t’aime ça valait bien toute cette fatigue !

POURQUOI CET ARTICLE  ? Stopper les préjugés sur la femme au foyer, ouvrir les yeux car derrière chaque mamans se cachent des faiblesses. On est pas des mères parfaites et on a le droit d’être fragiles. (les réseaux sociaux comme instagram nous imposent parfois trop les diktats de la mère parfaite). Ce billet c’est aussi pour déculpabiliser toute ces mamans qui parfois se sentent si fatigués et non comprises dans le rôle de maman au foyer ! A bientôt pour de futurs sujets.

Et vous comment avez vous vécu votre congé parental ? Avez vous connu le burnout maternel ? Comment vivez vous la reprise ?

Merci à toutes pour vos gentils messages laissés sur ma page Facebook. J’ai pu voir que beaucoup se reconnaissaient dans cet article.

Publicités

2 réflexions sur “Mon bilan de mère au foyer : ais-je frôlé le burn-out ?! la reprise après 1 an et demi, le blog …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s