Lyon et sa région : loisirs et bonnes adresses., Vie de maman, famille & Psycho

Etre en accord avec soi-même : la reconversion professionnelle de Maylis de Crémiers.

web_DSC0400

Aujourd’hui je vais vous parler d’une amie qui m’est très chère : Maylis de Crémiers 35 ans, mariée et maman de 2 enfants de 3 ans et demi et 10 mois. Maylis ancienne juriste s’est reconvertie vers le métier de thérapeute manuelle Méthode Poyet. Et je vous l’assure c’était à mon sens sa destinée ! Son magnétisme est une évidence et son don pour détecter les douleurs et blocages du corps et ainsi les réparer est indéniable.

L’angoissée que je suis, me rend souvent sujette à me bloquer le dos ou avoir des points de tensions très douloureux. Heureusement ma thérapeute préférée à souvent volé à mon secours et ainsi relancé mes énergies. Puis c’est reparti je suis remise sur pied!!! De plus Maylis c’est aussi la douceur incarnée qui vous rassure sur vos peurs et vous guide pour détecter vos blessures personnelles plus profondes qui impactent votre corps. 

Je suis fière de son parcours et du courage qu’elle a fait preuve pour mener cette nouvelle orientation de vie et ainsi être en accord avec elle même. C’est ainsi que mon dernier article se reconnecter à soi-même ici prend tout son sens. 

De nombreuses femmes ont fait le choix très tôt de s’orienter vers une carrière qui ne leur conviendra plus de nombreuses années après car trop éloigné de leur personnalité, valeur ou de leur priorité de vie.  Il est difficile de s’orienter à 18 ans, notre personnalité n’est parfois pas encore affirmée. Nos attentes pas tout à fait définis et notre mode de vie encore insouciant.

Une femme évolue et n’a pas les mêmes attentes à 20 ans, 30 ans, 40 ans … Souvent vers la trentaine correspondant aussi avec la maternité et le bouleversement que cela peut engendrer, de nombreuses femmes veulent changer de cap. Elles ne se reconnaissent plus dans cette vie professionnelle qu’elles ont pourtant choisi. Certaines prendront le tournant, d’autres auront peur et d’autres encore faute de temps ou moyens ne réaliseront peut-être jamais ce rêve. 

Pour ma part, à 18 ans j’ai opté pour une formation marketing qui correspondait avec ma personnalité créative et analytique. Faute de débouchés sur la région lyonnaise et pas très courageuse,  j’ai préféré rester sur mes terres lyonnaises plutôt qu’aller à l’étranger ou Paris. Je me suis dirigée vers une carrière commerciale et pourtant j’avais toujours eu en horreur ce métier. Mais il correspondait aussi à ma personnalité emphatique, déterminée, persuasive et mon relationnel. Malgré mes réticences j’ai pu m’épanouir pleinement et réussir dans ce métier. On peut donc dire que notre personnalité et nos compétences peuvent nous amener à s’adapter et s’épanouir dans plusieurs métiers. Fini le mono métier pour une vie !!

Chacun choisira son job avec des attentes et critères qui leur sont propres. Certains souhaiteront vivre leur passion à travers leur métier, d’autres préféront un métier adapté à leur mode de vie ou contraintes perso, d’autres privilégieront le gain intellectuel qu’il leur procure etc etc …

Le mal du siècle est le stress. Et ainsi de nombreuses personnes grâce à un développement personnel ou un bilan de compétences veulent désormais s’orienter vers un job plus en harmonie avec eux-même. 

Il faut avouer que ce doux rêve intérieur m’a également traversé l’esprit. Si je devais redéfinir mes choix professionnels aujourd’hui je rêverais d’être psychologue, écrivain ou décoratrice et organisatrice d’évènements familiaux. Mais mon blog retranscris bien ces passions finalement alors pourquoi changer et tout bousculer ? Je ne ferais pas partie de ces femmes qui changent de cap car j’ai trouvé un melting pot de ce qui m’anime. 

Allons ainsi comprendre ce qu’anime ces femmes qui veulent redéfinir leur carrière professionnelle.

J’invite ainsi mon amie Maylis de Crémiers ancienne juriste qui à décidé de reprendre ses études pour vivre sa passion. Jonglant entre vie de famille, 2 ème grossesse elle a fait des sacrifices pour atteindre son objectif et devenir thérapeute manuelle Méthode Poyet. Elle est désormais installée depuis janvier 2018 au 310 avenue Berthelot à Lyon 8ème : 

seance-maylis-de-cremiers

-Maylis quelles sont les raisons qui t’ont amené à changer de vie professionnelle ? 

La première raison qui m’a amené à changer de vie a été la maternité. Cela a été un énorme bouleversement. Bien entendu j’avais déjà un poste de juriste, bien payé et dans une structure qui promettait beaucoup… Mais certaines conditions ont changé et est arrivé mon petit Gaëtan. Je ne voulais pas faire de concession sur mon rôle de mère, même si je voulais maintenir une activité…

Mes priorités ayant alors changé, je voulais que l’autre soit au centre de mon quotidien. Partant du constat que la femme n’était pas assez accompagnée dans sa maternité, c’est tout naturellement que l’univers du soin s’est imposé. Je voulais être ostéopathe, mais la dimension énergétique me manquait ayant, depuis mon enfance toujours massé de manière énergétique, et mon grand père étant acupuncteur. C’est alors que j’ai découvert la méthode Poyet qui alliait les deux. Ce fut le coup de foudre ! Je me suis lancée.

 -Qu’est ce qu’il ne te plaisait plus dans ton ancien job de juriste ? 

 Ce n’est pas tant mon métier de juriste qui ne me plaisait plus, que la vie que je menais. Le traditionnel metro/boulot/dodo n’était pas loin. Je venais de devenir maman et je ne voyais pas grandir mon fils rentrant le soir souvent après qu’il ne soit couché. La boîte avait quelques soucis et venait de présenter un premier plan de licenciement. Mon métier me semblait vide de sens. J’allais au travail en traînant des pieds….

Je pouvais me relancer dans un autre travail de juriste, dans une autre structure… Mais j’ai réalisé que ce n’était pas ce que je voulais. Et après tout, je pouvais peut être faire ce que bon me semble, non ?

 -As tu eu des freins, des craintes à te lancer dans cette nouvelle orientation ? 

 Oula oui ! Ce n’est pas sans difficultés que je me suis lancée. Le premier frein, et non des moindres, étant moi-même. Au cours de mon bilan de compétences, j’ai du rester juste, reconnaître mes limites et discerner les éléments qui me motivent dans la vie…  je souhaitais trouver une activité qui me corresponde, et réponde à mes attentes.

Un autre point : j’avais peur… Peur de me planter, peur du regard des autres, et surtout de celui de mes parents. Je prenais un tournant diamètralement opposé à tout ce que j’avais fait avant. D’une certaine façon, ne reniais-je pas qui j’étais et ce que j’avais construit ? Indirectement, ne reniais-je pas ce que mes parents m’avaient offert ? J’avais la chance d’avoir fait de belles études et je me sentais d’une certaine manière ingrate…

Une autre difficulté a été le frein financier. J’avais un travail plutôt confortable et l’arrêter (même en étant au chômage) signifiait faire des sacrifices financiers. Heureusement que mon mari, mon meilleur allié, m’a toujours soutenu. Il était prêt à ce sacrifice, pour que je puisse trouver mon épanouissement.

Et malgré ces barrières, aujourd’hui je n’ai aucun regret….

 -Pensais tu il y a 10 ans que tu ferais ce métier ? 

Il y a dix ans, je voulais être une business woman, vivant dans des pays différents, et voyageant énormément. J’apréciais plus l’image de la femme qui réussit que le travail en lui-même. 

Bref, rien à voir avec ma vie de maman et de thérapeute d’aujourd’hui. Je ne perds pas l’idée qu’un jour, peut-être, nous voyagerons. Mais mon champs d’action est et sera différent.

Le métier de thérapeute manuelle étant tellement peu conventionnel, je n’aurais jamais cru en faire un métier. Aujourd’hui je suis persuadée que l’on peut avoir plusieurs métiers dans sa vie. J’ai la chance d’avoir trouvé plus qu’un métier, et si je devais en changer, je serai toujours thérapeute dans l’âme.

-Comment as-tu pu organiser cette reconversion tout en menant ta vie de famille ? 

L’organisation de la reconversion a été sportive. Au chômage, je cherchais un poste de juriste tout en alliant les cours. La formation est faite de telle manière que les professionnels peuvent travailler, et suivre les cours en même temps. Mais je suis tombée enceinte, et la recherche de travail s’est d’autant plus restreinte. Ma petite fille est arrivée en juin dernier, faisant la fierté de ses parents et de son frère. Je me suis organisée pour pouvoir démarrer mon activité. J’ai pu ouvrir mon cabinet en janvier dernier.

-Peux tu nous parler de ton métier ? La méthode Poyet ? 

Je pratique donc en tant que thérapeute manuelle en méthode Poyet. La méthode Poyet est une forme d’ostéopathie douce fondée par Monsieur Poyet. Ce dernier, en rentrant d’un voyage en Asie, a eu l’idée géniale d’allier les points énergétiques de l’acupuncture avec une méthode d’ostéopathie crâne-sacrum. Cette méthode permet avec un toucher « aussi léger que l’aile d’un papillon » de rééquilibrer le corps et de débloquer les tensions tissulaires. Elle favorise ainsi une meilleure circulation des énergies.

Une séance dure de 45 minutes à 1h15.

 -Tu es désormais installée depuis janvier, comment vis tu cette nouvelle vie ? 

Je dirais que le mot clé est sérénité. Je me sens à ma place. Bien auprès de mes patients, bien auprès de mon mari et de mes enfants, bien auprès de mon entourage. J’ai retrouvé un équilibre qui me semble juste. Je cours un peu entre les conduites des enfants le matin et soir, parfois je reprends des patients après 18h, je ne m’arrête pas. Mais je me sens libre ! J’aménage mon temps de travail à ma guise. Je garde les mercredis pour les enfants, je les récupère à déjeuner deux fois par semaine…  S’ils sont malades je n’ai pas de scrupule à m’arrêter.

 -Quel conseil pourrais tu donner à ces femmes qui n’osent encore franchir le cap ? 

Cette reconversion a été avant tout une décision de couple. Faire cette reconversion seule m’aurait demandé un énorme effort et j’ai eu la chance d’être soutenue et accompagnée par mon homme.

Le meilleur conseil que je puisse donner est donc de trouver une personne qui puisse vous soutenir dans votre démarche. C’est dur !

Un autre conseil est de ne pas perdre de vue son objectif sans se laisser perdre par l’immensité de la tâche. Ayant du apprendre toute l’anatomie et le fonctionnement du corps humain, j’ai eu envie de baisser les bras plus d’une fois. Mais je me suis dit, fais ce que tu peux aujourd’hui, tu retiendras bien quelque chose…. Et finalement, à force, c’est rentré.

Et enfin, pour me lancer (car j’étais morte de trouille), je n’ai pas dramatisé. Je suis pleine de ressources, si ça ne marche pas, je ferai toujours autre chose. Mais si je ne tente pas, je le regretterai toujours…

Bref : apprenez à vous faire confiance. Vous pourrez vous surprendre….

Merci Maylis pour ton témoignage !

 

 

Pour consulter Maylis de Crémiers retrouvez là : 

www.maylisdecremiers.fr 

Suivez là sur Facebook ici

mdecremiers@hotmail.fr / 06 59 11 52 90

Thera Pulsia
310 avenue Berthelot,
69008 Lyon

Et vous avez vous envie de tenter une reconversion professionnelle ? 

methode-poyet-maylis-de-cremiers

Publicités

6 réflexions au sujet de “Etre en accord avec soi-même : la reconversion professionnelle de Maylis de Crémiers.”

  1. j’aime me promener sur votre blog. un bel univers. Très intéressant et bien construit. Vous pouvez visiter mon blog naissant ( lien sur pseudo) à bientôt.

    J'aime

  2. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte. blog très intéressant. Je reviendrai. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s