Eveil et Éducation, Vie de maman, famille & Psycho

Le divorce et ses conséquences : une onde de choc.

Je l’ai brièvement évoqué dans mes derniers posts et ce n’est plus un secret. Depuis 2014, je vous fais part de nos joies familiales mais aussi de nos difficultés à être parents au quotidien. Certaines me suivent depuis le début et apprécient le blog car nous avons évolué ensemble et nous vivons parfois les mêmes proimg_6606blématiques  … Un tournant s’est opéré cette année et vous constaterez de nouveaux sujets à l’avenir sur le blog en lien avec notre nouvelle vie … 

2018 est derrière nous … une année difficile gravée par la fin d’une relation de 8 ans dont un peu plus de 5 ans de mariage.  Quand le couple est en souffrance depuis longtemps et ne trouve plus d’issue pour être heureux le choix s’impose malheureusement. Ancrés dans des valeurs communes, nous avions pourtant mesuré l’engagement du mariage. Malgré notre coté conventionnel, de la famille, nos caractères combatifs et mon prénom porteur d’espoir, nous avons dû accepter l’échec.

Et cette longue réflexion avant la prise de décision finale est finalement la période la plus éprouvante … elle vous torture l’esprit : accuser et comprendre l’échec, faire le deuil d’une famille comme vous l’imaginiez, remettre en cause ses croyances, admettre que le modèle traditionaliste que vous désiriez ne sera plus possible, abandonner les projets communs, peser le pour ou contre, s’inquiéter de l’inconnu et des conséquences et SURTOUT craindre de détruire ses enfants …. Issus de parents divorcés nous espérions tous les 2 ne pas reproduire ce schéma. Nous connaissions les chocs psychologiques que le divorce de nos parents avaient suscités en nous. Mais l’époque et le contexte était aussi différent. Puis un jour, la décision de divorcer est mûrie. 

Un divorce même si vous avez réalisé le deuil de votre histoire depuis quelques temps n’est pas seulement la fin d’un couple : c’est aussi celle d’une famille, d’une belle-famille, des amis du couple parfois, d’un niveau de vie, d’un idéal familial …. Ce n’est pas un choc mais une onde de choc qui retentit sur votre vie : 

img_6599– un tsunami émotionnel : il faut accepter que votre vie va changer, que vos habitudes et vos repères soient bouleversés, que vos enfants vont quelque part vous échapper. 

– un choc financier : entre les frais d’avocats, les frais de relogement, les frais en mobilier, aménagement, puériculture, vaisselles … car tout a été partagé. Et votre niveau de vie va être fortement impacté et quelque part diminué.

-un fort moment de solitude : même si vous êtes très entourés, personne ne peut comprendre sans l’avoir vécu. Vous devez assurer professionnellement et auprès de vos enfants alors qu’il vous faut tout mener de front pour organiser votre nouvelle vie. Puiser au plus profond de soi pour trouver une énergie positive pour assumer tous ces changements. Vous aimeriez parfois tout simplement vous évader et que l’on règle tout à votre place, mais non il faut faire face : échanger avec les avocats pour formaliser votre future vie, chercher un logement, l’annoncer aux enfants, à votre famille, organiser votre déménagement, vous chamailler avec votre futur ex-mari car c’est toujours une période complexe, faire le partage matériel, faire la liste de tout ce qu’il va falloir racheter, trouver les finances car vos économies ne suffiront pas face à toutes ses dépenses … Faire face socialement en essayant de ne pas trop montrer cette gravité qui vous empare. Même si j’ai un mental très fort, j’ai parfois craqué ne contenant plus mes émotions liées à la fatigue et l’inquiétude que tout cela entraine. Heureusement que mon entourage m’a aidé à maintenir le cap par leur écoute et leur aide précieuse. 

-un changement de vie sociale : S’adapter à ce nouveau statut de femme seule avec 2 enfants à mi-temps. Le mot divorcé résonne dans le monde conventionnel que je côtoie comme un coté paria il faut le dire … Les amis communs se manifestent nous avons de la chance mais finalement ne sachant pas trop comment réagir parfois. Difficile pour eux je les comprends. Et s’imaginer que peut-être quelques amis vous laisseront tomber car c’est toujours compliqué : on préfère inviter des couples. Certains croiront qu’il faut faire un choix mais heureusement d’autres auront l’intelligence de nous inviter ensemble lors de soirées plus élargies ou de continuer à nous voir chacun séparément car ils ont compris qu’il n’y a pas de choix à entreprendre. Je reste très objective sur ce sujet et je plébiscite une maxime très simple : Les meilleurs resteront !!!

img_6619une période où il faut s’armer face au jugement: il ne faut pas se voiler la face quand vous divorcez même si c’est un fait et que cela ne concerne que vous …. quelques parasites auront besoin de vous donner votre avis même si vous ne leur avez pas demandé . Pour ma part j’ai préféré dans ma période de réflexion rester très silencieuse sur ce sujet. Mes décisions étant le fruit de mûres réflexions et en aucun cas influencées. C’est nous qui assumeront nos choix et pas les autres. Je suis assez hermétique aux avis des autres sur ma vie même si j’apprécie l’écoute et soutien que certains m’apportent. Tout de même certains se permettront quelques phrases agaçantes : vous auriez dû ! avez vous pensé aux enfants ! Çà va être difficile ! Vous allez devoir faire une croix financièrement sur cela !! Et j’en passe …. Comme si on les avait attendu pour mesurer cela. Mais je ne leur en veux pas, l’humain est conditionné ainsi, ancré parfois dans un modèle unique de pensées. Certains auront ce besoin de vous le dire en face d’autres préférant commérer derrière votre dos. Et en finalité le regard des autres m’importe guère. Car je suis le maître de mon destin, le capitaine de mon âme. Vous reconnaissez cette citation du poème que j’adore Invictus, je vous invite à le lire en intégralité (qui signifie Invincible) de Ernest Henley écrivain britannique 🙂  Je referme cette petite parenthèse sur mon adoration des citations. Conscients que nous avons surpris énormément de monde qui pensait notre couple heureux et uni. C’est aussi notre pudeur et bienséance en société et en famille à la base de cette image. A méditer : on ne sait jamais ce qu’il se passe chez le voisin. Ne jamais se fier aux apparences, il ne faut pas juger de l’arbre par l’écorce  …

-un échec amoureux : malgré les considérations du quotidien, des enfants, des finances c’est aussi un échec affectif. Vous vous mariez et vous espérez avoir trouver votre partenaire pour la vie. Sans rentrer dans l’idéalisme car le prince charmant n’existe pas. Lorsque l’amour n’est plus au rendez-vous, vous vous sentez éteinte. Simone de Beauvoir philosophe romancière disait « un mariage raté est un mariage où l’amour s’est éteint » Il est le père de mes enfants et gardera toujours une place importante. Mais nous n’avons pas réussi à trouver la recette pour être heureux tous les 2 en dépit de nos valeurs communes.

Malgré l’échec et mon caractère qui ouvre difficilement son cœur, je crois solidement encore à l’Amour.  Ne jamais rester sur l’amertume ou la nostalgie telle est ma philosophie. Avancer est un verbe qui résonne en moi de manière incessante. La vie existe pour qu’elle soit partagée. Romantique et rêveuse, l’Amour à mon sens est une merveille qu’il faut vivre. Elle vous permet de vous sentir vivre, de vibrer, vous donne des ailes, vous allège de tous les maux, vous donne des étincelles dans les yeux. Donner, partager, conjuguer, communiquer, s’écouter, admirer, se respecter … Savoir mettre son égo de coté, accepter les différences, et l’indépendance de chacun. Savoir s’aimer soi-même pour aimer l’autre de la meilleure des manières. Oublier l’égoïsme. L’amour n’est pas posséder mais se révéler l’un à l’autre. L’amour ne doit pas être jugement mais plutôt bienveillance. L’amour apporte ses joies, ses peines c’est certain mais n’est- ce pas plus triste de rentrer chez soi et n’avoir plus personne avec qui partager ?

img_6605imposer un changement à ses enfants  : je finirais par ce point car à mon sens c’est le plus DOULOUREUX … tous les points évoqués ci-dessus ne sont que des problématiques égocentriques. Je suis dur mais votre bien-être passe après. Préserver le bien être de nos enfants était pour nous primordial. Le personnel de l’école nous a rassuré trouvant que notre fils allait mieux depuis que la décision était effective car au moins les mots étaient posés.  Si vous pensez à divorcer se sacrifier et rester ensemble pour les enfants est une erreur … oubliez cette alternative. Vos enfants s’imprègnent de votre malaise. Quel modèle allez-vous leur donner : un couple qui se déchire, qui ne communique plus et vit dans l’indifférence … et plus tard pour lui l’amour rimera avec ce modèle ? Non … la vie est bien trop courte pour s’interdire le bonheur. Vous n’êtes pas égoïstes de penser ainsi. Le sentiment de culpabilité vous empare c’est sûr car eux ils n’ont rien choisi. Vous allez transformer leur vie … mais ne sous-estimez pas leur capacité d’adaptation. On s’en fait une montagne mais tout est surmontable avec une bonne approche et l’amour qu’on leur apporte !   

Oui le changement est dur a opérer. Il faut accepter que vos enfants vous échappent quand il est chez l’autre parent. C’est très difficile à accepter de ne plus voir ses enfants au quotidien. C’est comme dans une relation amoureuse il faut appréhender que nos enfants ne nous appartiennent pas et qu’ils ont leur jardin secret. Il faut réinventer sa relation avec eux, combler l’absence …. Nous avons réussi à s’organiser grâce à une communication intelligente entre nous. Mais c’est parfois très dur, il faut se l’avouer : gérer les enfants seuls, avoir des week-end seuls sans eux même si nous jouissons d’une liberté retrouvée. Gérer les chocs psychologique de nos enfants car il y en a forcément. Mon cœur de maman est parfois en souffrance, j’ai récemment pleuré de voir mon fils me criant : »je suis en colère car je veux être dans la même maison que papa et maman ». Depuis notre séparation, il est très dur avec moi et me répond comme un adolescent à seulement 4 ans et demi. (il y a l’âge aussi !)  Quand à ma fille à 2 ans et demi elle à l’air pour le moment de bien le vivre. L’important c’est aussi d’avoir une concordance d’éducation. Nous avons opté pour une garde 2/2/3. Semaine paire : leur père les a lundi/mardi et le week-end et moi le mercredi et jeudi. Semaine impaire nous inversons. Nous partageons les vacances scolaires par semaine entière ou quinzaine l’été. Je ferai très prochainement un article sur le sujet de la garde partagée.

En conclusion : Nous avons passé ce cap difficile de mise en place qui nécessite évidemment des sacrifices. Dire adieu à tout ce que nous possédions et nous avions construits à 2 .  Il nous a fallu une dose de courage pour aborder une situation inconnue. Certes je m’inquiète encore de l’adaptation de nos enfants à cette nouvelle vie, de la souffrance que cela génère en eux. Mais je suis convaincu que les rapports apaisés avec mon ex mari contribue à passer cette épreuve. Nous sommes 2 personnes intelligentes et nous avons rapidement compris après une période complexe qu’il était de notre devoir de bien s’entendre. Notre communication et bonne entente est là et c’est primordial pour l’épanouissement de nos enfants. Même si nos chemins se séparent nous restons liés à vie à travers nos enfants. 

C’est grâce aux épreuves que l’on ressort grandit, renforcé et changé. Face à celle-ci, je me suis découvert d’innombrables ressources intérieures qui m’ont apporté une grande quiétude.  J’ai toujours eu cette faculté a rebondir et cette épreuve est derrière moi désormais. J’aborde 2019 avec beaucoup d’apaisement et de confiance en l’avenir.

J’espère que cet article vous aura aidé à voir plus clair si vous vivez cette épreuve ou envisager d’amorcer un divorce. Chaque histoire est différente, mais le retentissement que cela implique résonnera surement comme écho pour la plupart.  N’oubliez pas que passé la tourmente la vie peut aussi redevenir un merveilleux moment de douceur.  N’hésitez pas à partager cet article et donner votre expérience d’enfants de divorcés ou de divorcés ? 

IMG_6551.jpg

16 réflexions au sujet de “Le divorce et ses conséquences : une onde de choc.”

  1. Un beau texte avec beaucoup de sincérité. Le divorce est une période difficile pour un couple et encore plus compliqué lorsqu’il y a des enfants. On a des amis assez proches qui ont divorcés l’an dernier et c’est vrai qu’en tant qu’amis, c’est difficile de se dire qu’on ne les verra plus ensemble mais chacun avec une nouvelle personne. Nous n’avons pas choisi untel ou untel et les voyons chacun car ils restent nos amis et ne disons rien lorsque l’un des deux mets en cause l’autre sur l’échec de leur histoire. Contrairement à toi, ils n’ont pas d’enfant mais c’est vrai que la reconstruction les premiers temps a été compliqué pour les deux. Pour ton fils, peut-être l’emmener chez un psychologue lui fera peut-être du bien et l’aidera à surmonter cette nouvelle configuration familiale?. Je te souhaite bon courage pour ta nouvelle vie.

    J'aime

      1. On essaie de couper la poire en deux pour nos amis car bon ils restent nos amis même si aujourd’hui ils ne sont plus un couple et on refait leur vie avec quelqu’un d’autre. C’est bien si ton fils va voir un psychologue, ça l’aidera à mieux aborder ses émotions face à votre divorce.

        J'aime

  2. C’est un texte à la fois triste, de par la situation, et très lumineux par cet espoir qui s’en dégage.
    Je n’ai pas eu à vivre cette situation, mais il me semble que tu la décris très bien – le déchirement personnel, familial, les doutes, l’angoisse, la relation aux autres aussi. Mais au final, l’idée qu’aussi difficile que ce soit, mieux vaut en passer par là pour un meilleur après, plutôt que de rester dans son mal être, en s’usant à petits feux, en croyant protéger les autres alors que ça leur fait aussi du tord. C’est un cap difficile, mais pour aller vers le mieux – et c’est tout ce que je te souhaite.

    Aimé par 1 personne

  3. ce que je retiens de ton article c’est l’espoir. je n’ai aucune connaissance de la chose car je ne suis pas divorcée (mais pas mariée non plus mais bon pacsée) et mes parents sont à presque 40 ans de mariage….mais faut voir dans quelles conditions. enfant je rêvais qu’ils se séparent, pour les voir heureux. les voir sourire, ne plus crier. en vain. ils sont malheureux ensemble, par convenance, par peur. Je ne les ai jamais vu amoureux donc forcément…
    En revanche je pense parfois à la probabilité d’une séparation avec le père de mon fils. Tout va très bien mais on ne sait jamais comment la vie évolue. et quand j’y pense ça me terrifie.

    J'aime

  4. Ce cheminement qui finit par une séparation et toutes ces peurs, tu en parles avec une belle sagesse déjà malgré la peine et la difficulté.
    La pensée de « rester ensemble pour les enfants » est encore très présente mais finalement plutôt fausse quand on y pense puisque le malaise et les tensions sont très lourds à porter pour des enfants…Bref, je n’ai pas vécu cela (mais personne n’est à l’abri) mais comme tu le dis si justement, le bien être des enfants, arriver à maintenir une entente cordiale par respect pour ce bout de vie passé ensemble, ça me semble être le plus essentiel (mais pas le plus simple) . J’ose espérer y arriver si cela venait à se produire.
    Je te souhaite un avenir serein.

    J'aime

  5. Bonjour Victoire,
    Merci pour ton texte. Je suis en plein divorce, j’avais donc besoin de lire un témoignage comme le tient. Je me retrouve beaucoup… dans cet ouragan laissant place à un nouveau décors.
    Je t’envoie plein de douces pensées pour cette nouvelle étape.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s