Eveil et Éducation, Vie de maman, famille & Psycho

Fratrie et chamailleries ! Sos parents en détresse !

L’amour c’est une vague d’émotions naviguant entre harmonie et parfois la discorde. Mais rassurons nous ainsi, si il y a quelques disputes difficiles à gérer en tant que parents c’est aussi qu’ils s’aiment. Ils se disent se détester puis s’adorent. Ils se chamaillent à la maison et s’adorent et se protègent à l’exterrieur. Ils s’unissent et font bloc parfois contre nous parents ou cherchent à s’allier à nous contre l’autre. 

La complicité d’une fratrie c’est pour nous tous une fierté et une volonté. Qu’ils soient 2, 3, 4 voir plus, nous avons fondé une famille avec à l’esprit que chacun de nos enfants aura sa propre personnalité.

Une personnalité parfois semblable à la nôtre qui nous permettra de mieux comprendre leurs réactions mais qui pourra aussi être à l’anti-thèse de notre caractère. Et c’est ainsi qu’il nous faudra beaucoup de subtilité pour réagir face à cette différence. En tant qu’enfants ils n’ont point la compréhension de la différence et c’est à nous d’essayer ainsi de leur apprendre l’acceptation de l’autre, la non violence, la gestion de leur jalousie et toutes ces émotions qu’ils traversent et qu’ils ont du mal à gérer face à leur fratrie. Nous souhaiterions ainsi l‘harmonie dans notre famille, la bonne entente. Un idéalisme certes apaisant malheureusement les disputes sont parfois nécessaires et constructives pour leur apprentissage de la vie. 

Le calme ne sera pas au Rdv !

Vous souhaitez une soirée calme, un week-end reposant et vous en avez réellement besoin ! Vous croyez pouvoir toucher à ce « rêve d’une soirée paisible » mais les cris s’entendent, la bagarre s’installe. Et c’est le chaos … Chaque enfant donnera sa version des faits et il vous faudra rester neutre et juste, faire le médiateur, le juge de paix, le négociateur, le psychologue… Parfois vous n’aurez point cette patience, vous ne saurez qui croire si vous n’avez pas assister à la scène, vous aurez envie clairement de les punir tous voire même de les envoyer balader ! Vous ferez face parfois à leurs petits mensonges ou manipulations, vous devrez ainsi prendre le recul nécessaire pour ne pas punir l’autre à tord ! Car oui comme dans le monde des adultes vos enfants peuvent parfois être dans une relation de conflit dominant-dominé. Il faudra aussi comprendre la relation de manière plus profonde pour être sûr que l’un de vos enfants ne cherche pas toujours à écraser l’autre ou qu’une jalousie maladive ne s’est pas installée. Mais vous ne découvrez rien je vous rassure … c’est quelque part toute la complexité des rapports humains ! Nous y sommes confrontés tous les jours à un autre degré sauf que lorsqu’il s’agit de nos propres enfants celà nous demande plus d’objectivités et de recul.

Sos parents en détresse ?

Ces chamailleries sont normales mais parfois nous inquiètent voir nous culpabilisent : dois-je être plus présente pour l’autre car il à l’air plus fragile ! Ou dois-je donner plus de temps à l’autre car il à l’air de se sentir délaissé. Ne tombez pas dans ce piège d’auto-culpabilisation! Si vous considérez être juste ne nourrissez pas l’ambivalence de sentiments qu’un enfant peut nourrir envers son frère ou sa soeur. J’ai la volonté de les voir grandir avec un amour bienveillant. Chez nous j’ai toujours voulu que l’expression des sentiments soit au coeur de notre vie ! Se dire je t’aime, se dire quand on est contrarié mais aussi mettre en valeur les comportements positifs. Se demander pardon et se dire pourquoi l’on a agit ainsi. Je refuse que les non-dits s’installent dans notre famille souvent source de réelle incompréhension amènant ainsi la discorde ! Mais je vous rassure c’est un model de vie très idéaliste et donc impossible à mettre totalement en place !!!  Leur jeune âge 3 ans et 4 ans et demi ne leur permet pas toujours de s’exprimer préférant les cris comme mode d’expression. Et c’est ainsi qu’en tant que mère, de plus divorcée,  je fais face seule à leurs disputes !! Alors je teste, j’innove dans la gestion de conflit, je suis les recommandations des psys ce qui est finalement du bon sens  : d’accepter leur jalousie, de ne pas les comparer, de souligner les moments de bon entente, d’être juste, d’écarter la violence, l’insulte …

Pourquoi se disputent-ils ?

Je vous dirais ainsi que l’enfance est le laboratoire de la vie humaine mais sans filtre. Ce sont les émotions négatives qui les emparent à l’état brut avec donc des réactions vives sans recul et c’est l’affrontement :

  • la jalousie : Le besoin d’avoir ce que l’autre détient ! « Garance donne moi ton nouveau jouet pourquoi moi j’en ai pas eu ! Je veux le même » Se comparer à l’autre  « Tu as fait 3 roulades à Doudou et moi j’en ai eu que 2 » Avoir l’impression d’être le délaissé dans une situation « Tas fait du vélo avec lui et pas moi » 
  • la rivalité : vouloir dominer l’autre « tu vas voir je suis plus fort je te mets par terre ». faire punir son frère ou sa soeur  » Maman Doudou il a cassé ton collier »
  • le désaccord : la volonté parfois de contredire l’autre « non t’as pas gagné c’est moi » « non c’est moi qui ai été gentil pas toi »
  • l’égo : un défaut que je déteste personnellement au plus au point. Votre enfant ne reconnaîtra pas que c’est lui qui à cherché la dispute en premier. Ou alors que l’autre l’a tapé alors il tapera. Oeil pour oeil ! dent pour dent ! Un jeu sans fin … qui ne mènera à rien. 

 

En conclusion ! 

Face à ses chamailleries épuisantes et incessantes, j’ai parfois moi-même envie de m’extirper de cette ambiance de discorde. Je déteste le conflit et voir ainsi mes enfants se taper, se disputer sans cesse me plonge parfois dans un sentiment d’échec et de culpabilisation. Je me pose ainsi des tas de questions : pourquoi je n’arrive pas à les canaliser, à leur inculquer une relation apaisée … Je crois que c’est ce point principal qui m’épuise et m’angoisse le plus dans le fait d’être maman. Mais j’ai compris qu’en réalité il fallait l’accepter : les disputes de fratries font partie de la vie et de leur apprentissage ! C’est l’expérience avec nos enfants qui nous impose des situations délicates où nous devons faire face à nos propres faiblesses ! Car la gestion de conflit est un point faible chez moi, je ne sais comment réagir face à l’attaque, aux personnes désagréables, en colère. Je suis parfois déstabilisée face à l’altercation ! Quand je n’arrive point à calmer les cris ou l’agacement, mon envie première serait de fuir voir même de pleurer hihi ou de taper le poing sur la table pour stopper cette situation. Grâce à nos enfants finalement nous apprenons beaucoup de choses …

Malgrés ces disputes ce qui m’émeut c’est tout de même l’amour qu’ils se porte.  Leur regard attendri, leur volonté de se protéger. Leur complicité quand ils jouent au papa et à la maman. Le manque qu’ils éprouvent l’un envers l’autre quand l’un n’est pas là. Et malgré l’éclatement de notre famille il y a presqu’1 an, cette année difficile pour eux, une mère pas toujours joyeuse face à l’épreuve et stressée dans la gestion solo .. leur lien s’est resserré et c’est un amour inconditionnel qui les unit. Ce qui me rassure et me réconforte ainsi !

 

Et vous comment gérez vous les conflits de votre fratrie ? 

1 réflexion au sujet de “Fratrie et chamailleries ! Sos parents en détresse !”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s